(2) - 23 avril 2019 - Expédition aux magasins de jouets

Catégorie : Chercheur.e.s, En coulisse
Chapeau : Suivez la mise en place du protocole de l’expérience de la Grande Expérience Participative 2019 !
Au mois d'avril dernier, une chercheuse et un médiateur scientifique ont fait une expédition dans des magasins de jouets...
expeditionauxmagasinsdejouets3_visuel1-2_article2.jpg
Billet : Pour pouvoir comparer les différents ours en peluches et définir leur degré de réconfortabilité, l’équipe de la Grande Expérience Participative (GEP) doit élaborer un protocole basé sur l’observation de critères morphologiques. Le 23 avril 2019, deux membres de l'équipe, Anne-Sophie Tribot, biologiste, et Christopher Sevin, étudiant en médiation scientifique, se sont rendus au centre commercial Odysseum à l’est de Montpellier pour observer la diversité des nounours et affiner le choix des critères observables dans notre future analyse. Sur place, ils ont remarqué chez certains ours en peluche la présence de coussinets rapprochant la peluche, de l’animal en chair et en os. La truffe, lorsqu’elle est présente, peut-être de diverses couleurs, tailles et matériaux. Une prochaine réunion déterminera si ces critères sont pertinents. Si c’est le cas, ils seront ajoutés à la liste des critères observables de l’étude. Chez les ours en peluche aux yeux cousus (l’inverse des yeux en billes), ils ont observé parfois des taches blanches dans l’œil, simulant l’éclat d’un véritable regard et donnant à la peluche un visage plus expressif. La présence de paillettes, indifféremment de leur quantité, couleurs ou localité sur la peluche, a également été rajouté à la liste des caractères.
Après avoir discuté avec le personnel du magasin, Anne-Sophie et Christopher ont découvert que l’ours en peluche qui se vend le mieux est le panda, et qu’une peluche coûtant plus de 10 euros était considérée comme chère. Ils ont également observé qu’une partie des ours en peluche destinés à la vente représente des ours connus, comme Baloo du Livre de la jungle ou encore Winni l’ourson de l’histoire éponyme. Ils ont alors décidé de rajouter le critère « célébrité » à la liste pour voir si les ours célèbres sont considérés comme plus réconfortants.
Petit à petit, le protocole prend forme. Le contact avec les vendeurs a aussi permis à Anne-Sophie et Christopher de mieux cerner la relation entre l'ours en peluche et l’acheteur. Suite à cette expédition, la réunion de l'équipe GEP du 13 mai 2019, a eu pour objectif de dresser la liste quasi-définitive des caractères morphologiques des ours en peluche. À suivre dans l'article suivant…

Photo de gauche : Sur ce nounours, on observe une tache blanche sur l’œil simulant un œil vif. Photo de Christopher Sevin.
Photo de droite : Mosaïque de morphologies, mosaïque de nounours ! Photos de Christopher Sevin.

Christopher Sevin, Université de Montpellier